Dimanche 19 mars 2017 – L’Arnold Classic Australia s’est achevé sur une note positive pour les athlètes tahitiens. En effet, malgré le niveau très relevé, deux compétiteurs ont excellé dans leur catégorie. Anaëlle Lopez, jeune Bikini Fitness de l’IFBB Tahiti, a pu ravir une 5ème place face à des concurrentes affûtées. En bodybuilding, notre champion de France 2013, Tauhiro Yip, s’est offert le luxe de monter sur la deuxième marche du podium. Une très belle performance pour ce compétiteur taillé dans le marbre.

Ils étaient 12 athlètes dont 11 de l’IFBB Tahiti. La plupart d’entre eux n’ont malheureusement pas pu se classer dans les 10 premiers. Cependant, nos champions n’ont pas démérité face à des athlètes de haut niveau et parfois le classement s’est joué sur des subtilités au niveau des critères de jugement, rapportent certains d’entre eux. Nos compétiteurs tirent, tout de même, un bilan positif de cet événement de grande envergure.

Lire aussi: Derniers préparatifs pour l’Arnold Classic Australia

Les champions de cet ACA 2017:

  • Maiarii Fry, Lanihei Tetiarahi, Temoemoe Faremiro, Sophie Lubet et Anaëlle Lopez, catégorie Bikini Fitness.
  • Anne-Marie Moux, catégorie Bodyfitness Figure
  • Jordan Lichon, catégorie Men’s Physique +1m80
  • Aurélien Foussard, catégorie Men’s Physique -1m78
  • Eric Liao et Jean-Pierre De Guigné catégorie Men’s Physique -1m70
  • Vincent Carreau, catégorie Men’s Classic Bodybuilding
  • Tauhiro Yip, catégorie bodybuilding -100kg

Le témoignage de Sophie Lubet, compétitrice Bikini Fitness

Lire aussi: ACA 2017: une nouvelle expérience pour Sophie Lubet

« De retour au fenua depuis 48h … et encore des étoiles plein les yeux…

Ma 1ère Arnold Classic….. j’en ai rêvé de longs mois, j’ai travaillé dur, j’ai suivi scrupuleusement ma diète et pourtant… je ne suis pas parvenue à me glisser dans le top 10…

Un échec ? Un revers ? non, rien de tout ça… parce que lorsqu’on participe à ce genre d’événement y’a ce quelque chose de magique qui fait que quel que soit le résultat… on en redemande !!!

Participer à ce genre d’événement demande une grande capacité d’adaptation… Le voyage en avion fait faire beaucoup de rétention d’eau… à quelques jours de monter sur scène c’est très déstabilisant… Il faut aussi s’entraîner dans une salle que l’on ne connaît pas, moins bien équipée que ma salle habituelle… pourtant il faut continuer à travailler en sensation… On commence à penser à la scène, on se demande comment vont se passer les prochains jours… inquiétude et excitation se mêlent.

Le vrai plaisir c’est d’aller faire les courses :p l’Australie regorge de produits de grande qualité, c’est un vrai bonheur !!

Puis vient le jour des inscriptions, il y a des centaines de participants, on prie pour que cette athlète ne soit pas dans notre catégorie alors que cette autre athlète ne semble pas être un danger :p

En backstage le jour de la compétition elles semblent toutes se connaître… le fenua nous manque… on voudrait que tous nos soutiens soient présents dans la salle … alors on se plonge sur notre page facebook et on relit tous les messages d’encouragements reçus ! Ca aussi c’est un vrai bonheur !!!

Sur scène tout se passe très très vite, s’en est presque frustrant… puis vient l’appel du top 10… et notre numéro n’est pas appelé… forcément la déception nous gagne… on pense à toutes ces personnes qui croyaient en nous…

Puis vient le moment du débriefing avec mon coach… en regardant les premières photos et vidéo je m’aperçois que mon posing est loin d’être au point… et que je suis beaucoup plus sèche que les autres concurrentes… Mais très vite ces deux points m’apparaissent comme des calages à faire avant la prochaine compétition dans un mois.

Loin d’être découragée, je connais mes points faibles et je sais ce que je dois travailler. Avoir eu l’opportunité de faire cette compétition avec mon coach à mes côtés est une chance incroyable. IL m’a guidé pendant toute ma recharge, m’a tout de suite dit ce qu’il fallait changer dans mon programme, dans ma diète… et déjà je me sentais prête à reprendre ma prépa !

Participer à une compétition internationale ne doit pas s’appréhender comme une compétition locale. Il faut savoir s’adapter. Nous n’avons malheureusement pas de séminaire de posing ici en polynésie, il faut donc le travailler par ces propres moyens. Nous n’avons pas non plus étaient brieffé sur le shape attendu en Australie ce qui fait que d’une manière générale nous étions tous très (trop) secs par rapport aux autres compétiteurs…

Youtube est devenu la page internet la plus consultée de mon historique… je m’imprègne des posing des pro que j’ai pu côtoyer en Australie, je scrute le shape des athlètes des plus hautes marches du podium et je me dis que je dois mettre toutes les chances de mon côté pour ma prochaine compétition et surtout NE RIEN LACHER !

La persévérance est sans aucun doute une qualité… je ne sais pas combien de temps il me faudra avant d’atteindre mon objectif mais une chose est sûre…  top 10 ou pas top 10… je ne laisserai pas tomber ! »