Au moment même où vous commencez à lire cet article, vous êtes surement en train de vous remettre de votre week-end un peu trop festif. Et pour cause, vous avez bu une bouteille de vin à vous tout seul lors de votre diner et bu quelques verres de trop en boîte de nuit. Comme tous les lundi, vous vous demandez si votre cuite aura un impact sur votre physique ou vos performances sportives.

Tahiti-fit.com tente de répondre à cette question en se basant sur quelques études à ce sujet. Vous vous en doutez certainement, la réponse est tout aussi positive que votre alcootest en sortie de boîte après quelques verres.

Les avis restent assez partagés à ce sujet. Certains nutritionnistes crient « STOP » à l’alcool alors que d’autres relativisent certains effets néfastes de celui-ci. Cependant, la majorité d’entre eux s’accorde à dire qu’une consommation modérée d’alcool, c’est-à-dire un ou deux verres, une à deux fois par semaine, n’aurait  pas d’ effets négatifs sur le physique, au contraire, dans ces proportions l’alcool serait même bénéfique pour la santé.

Étudions donc les effets de l’alcool sur le métabolisme.

L’alcool: une boisson hautement calorique

L’alcool est bel et bien calorique. Ci-dessous la table des calories de certaines boissons alcoolisées:

Calories Quantité en cl
Canette de bière

178

33

Verre de vin rouge

105

15

Verre de vin blanc

108

15

Verre de whisky

384

8

Verre de vodka

100

4

A titre de comparaison, un verre de 250ml de coca représente 100 calories.

Vous remarquerez qu’un verre d’alcool est bien plus calorique qu’un verre de coca et que certaines boissons alcoolisées sont plus caloriques que d’autres.

L’alcool et ses effets sur les hormones

Chez les hommes, une consommation excessive d’alcool, réduit la sécrétion de testostérone. Cette hormone, responsable des caractéristiques masculines comme la pilosité, la voix plus grave, joue un rôle clé au niveau de la force et du développement musculaire. Boire après un entraînement n’est pas recommandé également. En plus de baisser la testostérone, l’alcool déshydrate les cellules, ce qui altère la production d’ATP (l’énergie principale pour les muscles) et diminue la synthèse des protéines musculaires. La récupération est également affectée et retardée.
Aussi, connaissez-vous les effets de l’alcool sur la GH ou hormone dite de croissance ? L’hormone de croissance est nécessaire pour construire et réparer les muscles. Celle-ci est secrétée majoritairement au début de la nuit, durant le sommeil. L’alcool et la perturbation de vos cycles de sommeil peut entraîner une diminution de près de 70% de la sécrétion de GH. Pas super si votre objectif est de devenir vraiment plus musclé.

L’alcool et la prise de graisse

Dans le cadre d’une consommation modérée, l’alcool en lui même n’est pas responsable de la prise de gras. Cependant, lorsque vous dépassez les deux verres recommandés, l’effet de l’alcool sur le stockage des graisses est similaire à celui d’une consommation excessive de glucides. Sans rentrer dans les détails techniques, une quantité importante d’alcool agira sur l’insuline, hormone qui régule la glycémie, qui à son tour provoquera la prise de gras.

C’est surtout tout ce qui est accompagne la prise d’alcool qui sera responsable de la dégradation de votre « shape ». En effet, chips, red bull, coca cola et autres n’arrangeront pas les choses. Aussi, le lendemain d’une soirée bien arrosée, on aura tendance à se tourner vers de la « junk food ». A Tahiti, le fameux « pua roti » en fin de soirée ou plutôt début de matinée, ne sera pas votre meilleur allié pour atteindre vos objectifs en terme de « shape ».

Par ailleurs, le type de boissons alcoolisées que vous buvez influera grandement sur la prise de gras. Un verre de vin rouge sera beaucoup moins calorique qu’une bière ou qu’un whisky coca. La teneur en alcool du vin est plus faible mais en plus il est accompagné de micronutriments intéressants, comme par exemple les tanins ou les polyphénols.

Conclusion: boire ou être shape, il faut choisir!

Bien qu’une consommation « normale » d’alcool n’impacte pas grandement sur le physique, il serait plus judicieux de ne pas en boire, tout simplement. Mais il arrive bien souvent lors d’une grande occasion que la consommation d’alcool semble inévitable. Voici quelques conseils qui limiteront les dégâts:

  • Lors de la journée de votre évènement, réduisez au maximum votre consommation de lipides
  • Réduisez les glucides et augmentez votre apport en protéines
  • Tournez vous vers des alcools pauvres en glucides (vin et spiritueux)
  • Consommez des softs 0 calories
  • Consommez l’alcool avec modération!!
  • Le lendemain réhydrater vous

 

Source: The truth about alcohol, fat loss and muscle growth de Martin Berkhan

N.B: Cet article, basé sur plusieurs études sur le sujet, n’est destiné au public qu’à but d’information. Il ne peut en aucun cas remplacer un avis médical.

RLF

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here