Nombreuses sont les personnes adeptes de la course à pied. Sport accessible à tous, simple et qui ne nécessite pas d’équipement sportif ultratechnique. Juste une bonne paire de chaussures pour une course 100% plaisir !

Les plus grandes marques de running offrent une gamme de produits très large.

Seul inconvénient : difficile de s’y retrouver !

Voici les questions à vous poser pour choisir les chaussures de running qui vous conviennent le mieux.

Quel est votre type de foulée ?

Le foulée c’est la façon dont votre pied se déroule quand vous marchez et courez. Votre phase d’appui est très importante à observer : elle influe sur l’efficacité de votre course et peut augmenter le risque de blessures.

3 types de morphologies de pied sont reconnus :

– Universel (environ 50% des coureurs) : l’appui se situe au centre. Le coureur répartit son poids sur l’ensemble de son pied et limite ainsi les risques de blessures.

– Pronateur (environ 45% des coureurs) : la foulée pronatrice se caractérise par un pied plat. Un poids important est transféré sur la partie intérieure du pied. Ceci affecte l’efficacité biomécanique de la jambe et entraîne des risques de tendinites ciblées au niveau du talon, des genoux et des hanches.

– Supinateur (environ 5% des coureurs) : le déroulé du pied se fait vers l’extérieur. Votre pied n’amortit pas correctement les chocs, ce qui peut causer des blessures musculaires et osseuses, particulièrement au niveau du dos, des genoux et des hanches.

Un bon moyen de définir votre type de foulée est d’examiner l’usure des semelles de vos anciennes chaussures de running.

Si la partie située au centre de la semelle est usée, alors votre foulée est de type universel : vous pouvez courir dans des chaussures diverses et variées, qui offrent un bon matelassage et maintien.

Si la semelle de vos anciennes chaussures est abîmée sur sa partie intérieure, votre foulée est pronatrice : optez pour un maintien maximal ou matelassage structuré afin de répartir l’impact de la course plus efficacement.

Si inversement, c’est la partie extérieure de la semelle qui est la plus usée, cela veut dire que vous avez un pied supinateur : choisissez des chaussures avec un amorti maximal.

Une autre alternative encore plus efficace est de consulter directement un podologue du sport.

 

Votre gabarit est-il important ?

Lorsque vous courez, votre corps doit soutenir entre trois et cinq fois votre poids !

Au-dessus de 80kg, on parlera de coureurs lourds, non pas à cause du poids, mais parce que ce type de coureurs doit privilégier l’amorti.

En général, on considère qu’il faut une paire de chaussure de :

– 150g à 250g pour la compétition et des coureurs de moins de 80 kg

– 250g à 300g pour une utilisation quotidienne et pour des coureurs de moins de 80kg

– 300g à 400g pour des coureurs d’un poids supérieur à 80 kg

Les chaussures femmes se distinguent des chaussures hommes tout simplement parce que la morphologie des pieds est différente.

Où allez-vous courir ?

Sur route, privilégiez un bon amorti. C’est sur les surfaces dures comme le bitume que les chaussures de running s’usent le plus rapidement.

Si vous courez sur des chemins ou en montagne, choisissez des chaussures de trail dont l’adhérence est optimale. Elles doivent maintenir le pied et disposer d’une semelle crantée afin d’assurer une stabilité maximale dans les virages ou sur les terrains à fort dénivelé.

Quel est votre objectif ?

La fréquence de vos entraînements et le nombre de kilomètres parcourus sont à prendre en compte.

Si vous courez occasionnellement, privilégiez des chaussures confortables, stables et avec un bon amorti.

Si vous parcourez de longues distances, l’amorti et la stabilité seront les deux principaux critères de sélection.

Pour la compétition, c’est la légèreté qui prime !

Quels sont vos besoins ?

L’amorti. Un critère incontournable si vous favorisez le confort et la protection de vos pieds. Atténuer l’impact du pied au sol grâce à une semelle intermédiaire plus dense est souvent plus adapté à la course quotidienne, mais pas pour la compétition.

La stabilité. Assurer le bon déroulement de la foulée tout en assurant un bon maintien permet d’améliorer sa technique de course.

Le dynamisme. Synonyme de légèreté, ce critère orienté performance et compétition permet de restituer l’énergie de l’appui au sol.

Quelle taille choisir ?

Chaque marque de running dispose de son propre guide des tailles. Cependant, une règle s’applique à tous les modèles : choisissez une pointure supplémentaire par rapport à vos chaussures de ville. Les pieds ont tendance à gonfler avec l’effort et à glisser vers le bout de la chaussure. Si celle-ci est trop serrée, vous risquez de ressentir des sensations d’inconfort pendant l’entraînement et d’attraper des ampoules.

Quand faut-il renouveler vos chaussures de running ?

Les chaussures de running adaptées à l’entraînement sont plus robustes et ont une plus longue durée de vie que les modèles de compétition.

En règle générale, il est conseillé de renouveler ses chaussures :

– Tous les ans ou 1 500km pour l’entraînement.

– Tous les 500km pour la compétition.

– Tous les 1 000km pour le trail.

En respectant ces normes, vous conservez les propriétés d’amorti, de dynamisme et de stabilité des chaussures qui se dégradent naturellement au fil des kilomètres.

Petite astuce : lorsque vous renouvelez votre paire de chaussures, essayez-les le soir (quand vos pieds sont un peu gonflés) et pensez à alterner les séances avec l’ancienne paire et la nouvelle afin d’habituer votre pied au changement et ne pas vous blesser.

Le conseil du spécialiste

Cédric Wane – Champion de course à pied

« Pour trouver chaussure à votre pied, n’hésitez pas à faire une centaine de mètre autour du magasin en foulée normale pour bien essayer la paire. Marcher dans le magasin ne suffira pas.

Concernant la question de la taille, les chaussures ont souvent des largeurs différentes pour la même pointure. Donc faites bien attention à cela! La pointure peut être bonne mais pas la largeur. »

Tahiti Fit remercie Cédric Wane et son coach Kader Touati.