Dans notre portrait de Raihere Dudes, notre champion de MMA (voir article), nous avons montré que la préparation physique et la nutrition représentaient une part importante de l’entrainement d’un combattant. Aujourd’hui, nous nous intéressons au BJJ, autrement dit le jiu jitsu brésilien.

Tahiti fit a rencontré pour vous, Dany Gerard. Cet athlète, considéré comme l’un des meilleurs dans sa discipline, représente le fenua dignement dans le monde entier. C’est un homme plein d’assurance, rempli d’ambition mais bien consciencieux, qui nous a reçu à Xtrem Gym, salle de sport bien connue sur le territoire dont il est le gérant.

Dany, malgré son jeune âge (il n’a que 28 ans), affiche déjà un palmarès très impressionnant. Si notre champion a habitué le Pays à l’or, ce n’est pas sans pression qu’il quitte le fenua pour combattre les meilleurs mondiaux à l’étranger. Discipliné et dévoué, ce grand gaillard peut compter sur le soutien de sa famille et de sa femme. Cette dernière attend un heureux événement. C’est avec beaucoup de naturel que le futur papa nous avoue que sa fille le suivra autant que possible et vivra sa passion avec lui. “L’arrivée de ma fille ne changera en rien ma façon de vivre actuelle, je resterai discipliné et garderai les mêmes ambitions. Ma femme et moi nous organiserons comme il se doit.

Nous l’avons rencontré entre deux entraînements.

Dany, quelles sont tes passions ?

Le BJJ et ma femme. (sans hésitations, on comprend que sa vie familiale contribue à l’équilibre de ce sportif de haut niveau)

Tu es champion de BJJ local et surtout international, cela fait combien de temps que tu pratiques ce sport ?

J’ai été initié il y a 10 ans mais je me suis lancé à fond il y a environ 6 ans.

Tu t’entraînes sur les tatamis mais tu fais également de la musculation et du cardio ; est-ce que la préparation physique t’apporte beaucoup ?

Dans le jiu jitsu, deux facteurs entrent en compte pour être au top niveau : la technique et la condition physique. Aujourd’hui, je n’ai pas d’entraîneur de jiu jitsu pour réellement travailler ma technique, je dois donc compenser avec ma condition physique. Donc oui, la condition physique est primordiale pour moi.

As-tu un préparateur physique ? Son rôle a t il joué un rôle dans ta réussite ?

Oui j’ai un préparateur qui réside en Nouvelle Zélande. Je me déplace vers lui ou le fais venir pour cela. Il crée un programme spécial. Il associe les mouvements de jiut à chaque mouvement que je fais dans mon programme d’entraînement. Et oui, bien sûr qu’il contribue à mon niveau actuel. Un coach te pousse là où tu ne penserai pas pouvoir aller quand tu t’entraînes seul. Lorsque je suis ici et lui en NZ, il me concocte mes entraînements à distance.

Comment s’organise ta semaine d’entraînements ? Combien de séances de musculation et cardio par jour et par semaine ?

Je m’entraîne 6 jours par semaine.

Du lundi au vendredi, j’ai une séance de cardio le matin, une séance de force le soir et j’enchaîne avec les cours de BJJ.

Le samedi après midi, on sort les tatamis et on tourne avec mes potes de BJJ.

Le dimanche c’est Rest Day.

Tes entraînements physiques sont ils spécifiques au BJJ ou bien ce sont des entraînements classiques ?

Je ne m’entraîne pas comme un bodybuilder. Chacun de mes mouvements doit être bénéfique au BJJ. Quand certains vont travailler pour l’esthétisme de leurs corps, je vais entraîner mon corps à être plus explosif sur le tatami.

Peux tu nous donner le détail d’une séance de cardio et d’une séance de musculation ?

  • Tous les matins je m’entraîne à la salle pour mon cardio. Je ne vais pas courir pendant une heure. Je travaille toujours des mouvements en lien avec la discipline et j’enchaîne avec très peu de temps de repos entre chaque série ou je fais ce que l’on appelle de la récupération active pour continuer à faire travailler mon cœur. La séance dure une heure maximum.

  • Tous les soirs, je travaille en force avec trois mouvements basiques que je répète pendant toute la séance : squats, soulevés de terre et développés couchés. Je ne travaille que çà. Je varie les entraînements avec ces trois mouvements : travail technique, travail de répétitions mais toujours en lien avec le BJJ. Je vais travailler l’explosivité du mouvement et vais faire en sorte que ce ne soit pas que les pectoraux, par exemple, qui travaillent lorsque je fais un développé couché mais bien l’ensemble de mon corps. Ce qui diffère de la musculation traditionnelle où les sensations sont bien ciblées.

La nutrition fait certainement partie intégrante de ta préparation. Peux tu nous décrire une journée type “Dany Gerard Diet” ?

Je suis dans la catégorie des plus de 100 kilos quand je combats.

Je me lève le matin et je bois un café noir.

En guise de petit déjeuner, je mange une douzaine d’oeufs dont je ne garde qu’un jaune avec 4 tranches de pain complet ou 100g de flocons d’avoine, et un fruit.

A 9h, un fruit et 5 tranches de blancs de dinde.

A midi je mange un plat avec du riz complet de préférence (souvent je prends du sashimi), un shake de protéines (toujours avec de l’eau) à 14h, un autre à 18h.

Pour dîner, je mange généralement 400g de blancs de poulet avec une salade bien garnie, et la moitié d’un pot de fromage blanc. Pour finir je prends un shake avant de dormir.

Le dimanche c’est Rest Day et Cheat Meal autorisé. (Ce grand gaillard adore les pâtisseries) J’ai un rituel que j’adore : aller m’acheter un cheese cake oreo -je sais que c’est super riche mais c’est une tuerie ce truc!- et m’installer devant un film au cinéma.

Tous les trois mois, je fais une cure anti-compléments alimentaires de deux semaines et remplace tous mes shakes par du blanc de poulet frais.

Les prochaines étapes de ta “carrière sportive” ?

L’obtention de la ceinture noire. Je compte bien la mériter pour pouvoir l’assumer dignement.

La tête sur les épaules, ambassadeur du fenua, ce champion respecté de tous n’a pas fini de faire parler de lui. Tahiti Fit, comme tous les tahitiens, soutient ce précurseur du BJJ local et espère bien qu’il arrivera là où sa discipline et sa rigueur veuillent bien le mener.

RR

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here