4 mois après sa victoire, nous revenons vers Mihiani Tetuira. Cette athlète a suscité beaucoup d’intérêt chez bon nombre d’entre vous – Interview:

1) Bonjour Mihi, nous revenons vers toi 4 mois après ta victoire à la compétition d’avril (voir article), comment vas tu ? Comment va Miss Bikini ?

Aujourd’hui… je suis déterminée ! J’ai hâte de voir mon shape dans 1 mois.

2) Peux tu nous décrire brièvement les 4 mois qui viennent de passer ?

Ces 4 mois furent… pleins de surprises.
Pour être honnête, je ne m’étais pas préparée à la période post compète. J’avais lu des articles de témoignages d’athlètes à ce sujet qui préconisaient la vigilance sur  la diète (encore plus après une compétition) et la régularité des entraînements. J’ai compris pendant ces 4 mois de quoi ils parlaient.
Juste après mon titre je me suis lâchée.
J’étais tiraillée entre mon envie de rester fit et celle de combler ma période de restriction alimentaire. Mais la voix de la raison ne l’a pas emportée sur ce coup là. Je suis entrée dans un cercle vicieux et j’ai profité un maximum sans restriction aucune pensant que j’arrêterai quand je le désirerai. J’ai repris du poids et n’en suis pas fière.
Toute la difficulté est là : rester « clean » après une compète car tout est prétexte à l’abandon : « je me suis tellement privée, pourquoi je ne pourrai pas me lâcher ? », « je travaille donc je n’ai pas le temps de faire du sport », « c’est mon anniversaire alors je mange et je bois ce que je veux », « je suis à l’étranger donc il faut que je profite à fond ! »… Tout prétexte est bon à laisser son mental se reposer.
Dans la société actuelle nous sommes toutes influencées par les corps plus que parfaits que l’on retrouve sur les réseaux sociaux. On voit des athlètes avec des corps de rêve tout au long de l’année et j’ai franchement cru pouvoir faire pareil : rester Miss Bikini à longueur de journée. Je me suis rendue compte que ce n’était pas à la portée de tous. De plus, il est important de souligner le fait que ces athlètes exposés en permanence sur la toile sont des professionnels et ne vivent que de çà. Ils se doivent de rester parfaits.
Il y a un mois, j’ai pensé à mon prochain objectif et  j’ai réussi à me reprendre en main.

3) Le regard des gens a-t-il changé depuis ton élection ?

Oui, j’ai parfois été interpellée pendant mon travail et j’ai reçu énormément de messages sur facebook. Plusieurs personnes me félicitaient et me disaient que j’étais un modèle de détermination pour elles. Cela m’a vraiment touchée et je pense que si j’ai retrouvé ma détermination actuelle, c’est beaucoup grâce à tous ces messages.
Certains me demandent des conseils, je leur réponds avec l’expérience que j’ai, en toute simplicité et humilité car l’expert dans le domaine ce n’est pas moi mais mon coach.

4) Quel est ton prochain objectif ?

La IFBB Tahiti Nui Cup qui aura lieu le 04 septembre prochain à Te Fare Tauhiti Nui. Il me reste quatre semaines et je travaille sans relâche pour monter sur scène. Mon coach me rassure et il me dit que je suis sur la bonne voie.

5) Te prépares tu de la même manière que la première fois ?

Mmmmm plus difficilement (rires). Etant donné mon laisser aller de ces derniers temps, les restrictions arrivent plus tôt que la dernière fois. Mais la routine reste la même : cardio, muscu lourd et intense, diète. J’ai rajouté une activité à mon programme : avec mes collègues de travail nous allons faire du va’a 3 fois par semaine.

6) Peux tu, à 4 semaines de la compétition, nous décrire ta diète et tes entraînements ?

Je m’entraîne tôt le matin et je cale une autre séance dans la journée.
J’apporte suffisamment de protéines et d’hydrates pour rester debout avec de la verdure. Je mange trois fois par jour. Avec le travail je ne peux pas me permettre de faire d’autres repas.

7) Tu es toujours coachée par la même personne ? Comment t’aide t-il ?

Oui je suis toujours suivie par mon coach qui est aussi l’homme avec qui je partage ma vie. Il sait faire la part des choses et reste présent tout au long de ma préparation. Comment m’aide t-il ? En repoussant mes limites à chaque séance. Il m’arrive de pleurer surtout lors de mes séances de jambes tellement j’ai mal. Mais je ne me plains pas, je sais que pour arriver à un bon niveau et avoir un bon résultat, je dois passer par là. Je me dis même que j’ai de la chance car mon coach se lève à 4h tous les matins pour me coacher et me supporter et il prend un moment pour préparer tous mes repas de la semaine.

8) As-tu, en complément de la diète et des entraînements, des compléments et des soins pour progresser ?

Oui depuis que je suis sponsorisé par Fitness Island, j’ai introduit en plus de la glutamine que je prenais déjà, la BCAA.
Etant donné mon laisser aller de ces derniers temps,  je prends un brûleur de graisse pour accélérer ma sèche tout en étant en forme pendant mes séances d’entrainement.
Je carbure également aux jus de légumes verts pour favoriser le drainage et apporter les nutriments nécessaires à mon corps. Car tu auras beau avoir le plus puissant mental de l’univers si le corps ne suit plus, tu iras nulle part.
Je fais aussi des massages j’aime beaucoup me chouchouter comme ça 🙂

9) Veux tu faire passer un message ?

Pour réussir : Arrête de te plaindre ou de te donner des excuses, sors de ta zone de confort et bouge tes fesses.
Tout en prenant soin de ton esprit et de ton corps.
Les mauvaises langues et les faibles diront du mal de ce sport, oui il y a du yo yo, oui c’est dure avant/pendant/après la compétition, oui il y a des hauts et des bas ! Mais c’est comme la vie, la valeur des choses se définie par la difficulté par laquelle on l’obtient.

RR