Maiarii Fry, athlète Bikini Fitness, bien connue du plateau local, nous a fait l’honneur de remporter une compétition ce week-end en Nouvelle Zélande. Cette championne s’est offert le luxe de remporter la première place en catégorie Bikini Fitness +1,68m en Open et 2ème en novice.

Elle revient pour nous sur cette incroyable aventure.

Lire aussi : Maiarii Fry, une miss bikini en pleine préparation

  • Peux-tu nous présenter cette compétition ?

C’est une compétition de niveau régionale organisée par l’IFBB NZ. Le top 5 est ensuite sélectionné pour participer aux « Nationals ».
Pour être qualifiée, j’ai du donc au préalable participer au « Waikato championships » qui s’est déroulé le samedi 07 octobre, à Hamilton NZ
Cette competition était à 1 semaine d’intervalle des Nationals donc c’était pour moi l’idéal en terme d’organisation, niveau budget et surtout pour ne pas trop perturber mon emploi à temps plein à la Banque de Tahiti.
Nous étions en tout 138 athlètes à passer, en bikini pour près de la moitié.

  • Depuis combien de temps prépares-tu cette compétition ?

Cette idée m’est venue lors de notre déplacement en mars dernier, à Melbourne, pour l’Arnold Classic Australia. Je voulais faire une compétition en NZ, tout d’abord pour le côté financier (NZ plus proche, déplacement moins coûteux) mais aussi pour me mettre dans le bain à l’international.
J’ai donc décidé, seule et sans l’aide de quelconque fédération, de contacter l’IFBB NZ pour m’inscrire et faire toutes les démarches nécessaires. C’est avant tout pour l’amour du sport et de cette discipline ! Et c’est ce que j’ai apprécié avec l’IFBB NZ, ils mettent en avant les candidats et encouragent à se lancer, peu importe d’où tu viens. D’ailleurs, le président de la fédération est MOE EL MOUSSAWI, athlète IFBB Pro, qui a déjà participé à l’Olympia.

Je suis suivie au niveau nutritif par un coach en ligne, et mes programmes d’entrainement, je les exécute seule. A distance c’est pas facile, car certaines fois on a tendance à rester dans sa zone de confort. Il faut donc redoubler d’attention, s’auto-motiver et s’auto-discipliner.

  • Comment s’est déroulé l’avant-compétition ?

Pour arriver à destination samedi c’était un vrai parcours du combattant.
Il y avait normalement le meeting des athlètes le vendredi 06/10, mais nous étions dans l’avion, j’ai pu récupérer mon numéro juste avant de monter sur scène.
C’était très stressant. Pour résumé, moi et mon chéri avons quitté Tahiti vendredi matin et sommes arrivés à l’aéroport d’AKL samedi matin à 7h puis direction Waikato en voiture à 2h de route. Nous sommes arrivés à destination à 10h et le predjudging commençait à 10h. Avec les moyens du bord, j’ai fait mon make up sur le trajet en direction de Waikato. Je ne sais pas me maquiller c’était un peu casse tête surtout avec les routes sinueuses (rires). Je m’étais fait une base tan la veille et avait booké mon tan final 5 minutes avant de monter sur scène. Autant dire qu’il fallait gérer son stress et rester calme. Ce qui m’angoissait le plus c’était de faire de la rétention d’eau avec l’altitude dans l’avion, n’ayant pas pu prendre mon billet pour partir avant, on a donc fait avec.
La compétition est en 2 étapes, le matin se déroule le « predjudging » avec présentation et quart de tour puis le soir la finale. On a terminé la soirée à 23h du soir complètement épuisés, avec très peu d’heures de sommeil mais heureux. Je dis « nous » car sans mon chéri je n’y serai pas parvenue de la même façon.

  • Comment étaient tes concurrentes ?

Il y avait du beau niveau comme dans toute compétition. C’est impressionnant le nombre de femmes en backstage, certaines étaient à leur première et d’autres plutôt habituées à la scène. Ce sport évolue beaucoup, on essaie d’évoluer afin de rentrer dans le moule de ce que le jury demande car ce genre de compétition est assez subjectif. On ne sait jamais ce que le jury recherche à ce moment là et quels sont les critères de notation qui priment…
Mon objectif était de m’éclater sur scène peu importe le lieu et les conditions. Je connaissais personne à part mon fan et supporter numéro UN, mon chéri.

  • Ton ressenti après avoir gagné ?

Déjà à l’appel de mon numéro j’ai vérifié si c’était bien moi, j’étais surprise. Après avoir réalisé que j’avais gagné, j’avais presque envie de pleurer. J’ai fait une compétition il y a 2 semaines à Tahiti et n’ai pas du tout était placé, chose que je respecte mais tu prends un coup quand même. Au lieu de me morfondre, j’ai continué à croire en moi et ai décidé de ne pas me laisser abattre. C’est le 1er conseil que je donnerai à chacun : CROYEZ-EN VOUS. Donnez tout ce que vous avez en vous. Et pratiquez, non pas pour l’esthétisme, mais pour la passion et l’amour du sport. Et c’est ce que j’ai fait ! J’avoue que de prendre des baffes de temps en temps, remettent les choses en place, il faut juste savoir gérer et se remettre en question, prendre le recul nécessaire et surtout AVANCER.

  • Prochaine étape pour toi ?

Ce sera ce samedi 15 octobre sur Auckland, le niveau risque d’être encore plus haut, mais => expérience avant tout et on s’éclate !

  • Des remerciements ?

– Mon chéri et ma belle-fille, ce sont les 2 premières personnes à avoir supporter mes humeurs, dans les bons comme les mauvais moments.
– L’IFBB NZ
– Xtrem Gym et Dany Gérard
– Mon sponsor Surfrider Tahiti
– Ma masseuse Heimiti Teriitau de Wellness Tahiti
– Eric Espinassy, qui garde une place importante depuis le début, qu’il soit présent ou pas
– Karyl Peyrolle, mon physiothérapeute
– Mon équipe de travail de choc à la BT Fare Tony
– Les ami(e)s d’Xtrem Gym

SUGGESTIONS TAHITI FIT STORE