Flexi-quoi ?

C’est souvent la première chose qu’on nous demande de répéter lorsqu’on parle de notre mode de vie !

Le régime flexitarien n’est vraiment pas très connu de nos jours, et pourtant je pense que c’est bien un mode de vie qui peut convenir à un très grand nombre de personnes.

Peut-être même que, sans le savoir, vous êtes un véritable flexitarien. Découvrons sans plus tarder ce dont il s’agit. 😉

En lisant de plus en plus de livres sur la santé et la nutrition, j’ai tout de suite été interpellée par le mode de vie végétarien et végétalien.

Manger plus de produits d’origine végétale et non transformés

Je me suis rendue compte que, inconsciemment, je mangeais une quantité (un peu trop) importante de produits d’origine animale. Plusieurs études (dont l’étude du docteur Campbell, the China Study) ont été réalisées et ont montré les relations de corrélation entre des maladies et une mauvaise alimentation trop riche en produits d’origine animale. Parallèlement, les régimes alimentaires riches en produits d’origine végétale avec une moindre quantité de produits d’origine animale ont montré des effets bénéfiques sur la santé. On peut citer par exemple le régime des habitants d’Okinawa, le régime crétois, le régime adventiste, le régime végétarien.

J’ai donc réduit petit à petit ma consommation de produits d’origine animale, mais sans la supprimer totalement. J’ai, par contre, énormément augmenté ma consommation de fruits, légumes, céréales complètes, légumineuses, oléagineux et autres produits non raffinés.

Je privilégie ainsi beaucoup les aliments naturels. En général, ces aliments ont un indice glycémique peu élevé. J’évite également de consommer les aliments contenant du gluten (donc tous les aliments contenant du blé).
Concrètement, sauf pour des occasions spéciales, je ne cuisine plus de viande ni de poisson à la maison. Je ne consomme plus ni beurre, ni fromage, ni lait de vache. Les seuls produits d’origine animale que nous continuons à acheter sont les œufs et de la feta de temps en temps.

Par contre, lorsque nous mangeons dehors (que cela soit pour le midi, ou les sorties du week-end), nous ne nous privons pas de manger comme bon nous semble en privilégiant la qualité des aliments.

Privilégier la qualité des aliments à la quantité

Je continue de manger de la viande ou du poisson à midi par exemple, mais je privilégie par exemple, un filet de poulet fermier ou un morceau de poisson à un pauvre steak haché. Et à la place de riz blanc, pâtes, pain, je choisirai une belle grosse portion de légumes.

Avant, lorsque je faisais les courses et que j’établissais les menus de la semaine, c’était de la façon suivante : ma source de protéines (poulet, porc, bœuf, poisson, œufs), mes féculents (pâtes, riz, pain, pommes de terre), et, en optionnel, une petite part de légumes si j’y pensais !

Maintenant, lorsqu’on fait les courses, on fait le plein de fruits, légumes, oléagineux, légumineuses et céréales complètes. On privilégie la qualité de nos aliments en achetant aussi le plus possible des produits biologiques.

Vous pensez que c’est difficile de se passer de manger viandes et poissons ?

Tout est une question d’habitude et de savoir cuisiner les bons aliments. Et une fois que votre corps s’habitue à cette façon de manger, c’est difficile de remanger comme avant. 🙂

Dites nous dans les commentaires si vous avez déjà entendu parler du mode de vie flexitarien.

Pour plus de conseils et astuces sur le mode de vie flexitarien, retrouvez-nous sur le site www.mindsetsante.fr.

Mélissa Jissang

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here