Au cours des prochaines semaines, nous avons décidé d’explorer le Strapping avec le physiothérapeute Karyl Peyrolle qui suit bon nombre d’athlètes sur le territoire et qui a fait ses preuves à l’international auprès de grandes équipes de rugby ou encore de football.

Le strapping fait en effet fureur depuis quelques années dans tous les sports et nous pouvons voir bon nombre d’athlètes en porter au cours de leur pratique sportive.

Le strapping est en fait un sujet très vaste et nous proposons donc de le découvrir en cinq séquences ce qui permettra d’en comprendre l’utilité et ce dans différents domaines sportifs.

Lire aussi : Physiothérapeute : l’expert de la mécanique humaine

Présentation du Strapping :

Le strapping est une pratique bien particulière dans le monde du sport. Il est par définition le positionnement sur différentes parties du corps de bandes collantes, afin d’assurer un effet thérapeutique sur une zone ciblée.

Ces effet thérapeutiques sont divers suivant les techniques utilisées et le type de matériel utilisé. Bien évidemment il ne suffit pas de coller n’importe quel type de strap dans n’importe quelle position avec toutes les couleurs possibles pour obtenir l’effet voulu.

Le strapping n’est pas une recette miracle qui évitera à l’athlète de ressentir de la douleur au cours de son activité sportive, ou qui pourrait se substituer à un traitement approprié pour une blessure, mais plutôt une aide, un support, qui permettra de donner plus de confiance à l’athlète dans ses mouvement, de réduire l’appréhension.

Il existe maintenant de nombreux types de strap, mais que choisir pour obtenir l’effet voulu !?  Nous connaissons tous «  l’élasto » à Tahiti qui est souvent utilisé a toutes les sauces. Mais il n’y a pas que çà.

Le Strap Rigide:

C’est le type de strap le plus utilisé dans le monde sportif (sauf a Tahiti et en France). Comme son nom l’indique il est rigide et est utilisé pour restreindre le mouvement d’une articulation (ex: une cheville après une entorse).

Bien entendu les techniques d’application sont très spécifiques afin de limiter une amplitude tout en conservant une mécanique appropriée.

Le Strap Kinésiologue :

Le « KT tape » commence a être très populaire sur le Territoire mais c’est en fait une marque.

Ce type de strap est du strap kinésiologique à base de coton élastique et possède des propriétés similaires à la peau. D’autres marques sont très utilisées à l’étranger dans les milieux sportifs : Rock Tape, Kinesio Tape (original), Perform Tex, SpiderTech.  Pour en savoir plus sur l’origine de ce strap n’hésitez pas a lire le très bon article dans Tahiti Fit du Chiropracteur Teiva Livine (27 Sept 2016).

Les effets thérapeutiques du strap kinésiologique, suivant le placement anatomique et la tension exercée de la bande, permettent :

  • De conserver une grande mobilité tout en permettant un contrôle musculaire ou articulaire.
  • De détendre un muscle trop sollicité
  • D’aider à la contraction musculaire d’un muscle faible
  • D’optimiser le positionnemnt d’une articulation (épaule)
  • D’optimiser une meilleure mécanique en affectant le contrôle musculaire.
  • Sollicter le drainage lymphatique

De nos jours, le Rock Tape est connu pour être le Kinésio tape de référence sachant qu’il a une plus grande élasticité que les autres,ce qui permet une plus grande aisance musculaire.

Certains de ces strap existent pour aller dans l’eau, tel que le Rock tape H20 ou encore KT Tape extrême.

Ils sont très utilisés dans le milieu du surf et plus récemment dans le monde du Va’a parce qu’ils font preuve d’une plus grande durabilité.

Lire aussi : Reconnaître, traiter et prévenir les blessures courantes du sportif

Le Strap Dynamique :

Le Strap dynamique est appelé aussi le strap « biomécanique » en raison de ses propriétés uniques. Il est composé de nylon et de lycra, ce qui le rend très élastique. Il peut s’étirer jusqu’à 200% de sa longueur originale alors que le KT tape s’arrête à 140%.

Encore inconnu a Tahiti, à l’étranger c’est un matériel très populaire qui permet de contrôler les charges sur un muscle ou un groupe musculaire, une articulation et plus généralement sur la bonne exécution d’un mouvement en utilisant l’énergie qu’il cumule dans le strap et qu’il relâche lors de l’exécution d’un mouvement.

De ce fait le strap dynamique, appliqué de façon appropriée, permet le contrôle mécanique en optimisant un meilleur mouvement.

Techniques d’application :

Il est très important de préparer la peau pour le strapping. On peut avoir le meilleur strap au monde, si ce dernier ne tient pas, il ne sert a rien et surtout il ne vous aides pas !

Le strap doit être appliqué sur une peau sèche sans plaies.

L’Utilisation de spray collant est très importante, surtout a Tahiti où l’on transpire vite.

C’est assez rare mais certain strap causent des problèmes chez certaine personnes. Il faut donc s’assurer que la personne à strapper n’a pas certaines contre-indications comme :

Une allergie cutanée (au zinc par exemple,produit présent dans certaines bandes collantes) ou une sensibilité au strap, ou encore des plaies cutanées, eczéma, dermatite, déchirure, hématome. Ou des problèmes ciculatoires  (saignement, coagulation).

Une fois le strap sur la peau. Il faut que cela soit confortable, qu’ il n’y ai aucun fourmillement,garrot ou perte de sensation. On ne doit pas observer de changement de couleur de la peau , rougeur, cyanose ou d’œdème et gonflement autour du strap, ce qui bloquerait la circulation sanguine.

Peut- on se strapper si l’on est pas blessé ?

Le strapping peut effectivement permettre de combler une défaillance mécanique, c’est à dire se servir du strapping afin de repositionner une articulation, ce qui pourrait donner plus de force ou plus de confort. Concrètement, le strapping peut aider à la performance mais à condition d’être utilisé correctement.

Qui devrait strapper un athlète ?

Le strapping est une pratique qui requiert de la technique et surtout une bonne connaissance de la biomécanique. L’utilisation du strapping peut en effet avoir un effet totalement opposé aux attentes de l’athlète, si il est mal positionné ou mal ajusté afin d’obtenir le résultat souhaité.

Il existe une formation bien précise afin d’utiliser le strapping de façon optimale, et seuls ne devraient pouvoir strapper les athlètes les professionnels ayant suivi cette formation, ou du moins, les professionnels possédant  une bonne connaissance de la mécanique et de l’anatomie humaine (Kiné, Physiothérapeutes, Ostéo, Chiropracteur).

Quel conseil donner à un athlète qui souhaite utiliser le strapping au cours de sa prochaine compétition ?

Si un athlète est suivi par un professionnel de la biomécanique ( Kiné, Physio) par lequel il lui a été recommandé d’utiliser le strapping lors d’un effort physique, il devrait effectivement faire confiance à ce dernier et ne compter que sur le spécialiste afin de lui réaliser un strapping, et ce seulement peu de temps avant la compétition (deux heures au maximum). Il est en effet inutile de strapper une partie de son corps trop à l’avance car le strapping perdrait de son efficacité. Une personne qui ne sait pas exactement ce qu’elle fait en terme de strapping, devrait s’abstenir de strapper qui que ce soit ou même de se strapper sois même.

Cette présentation générale permettra par la suite de parler de parties corporelles plus spécifiques. Nous présenterons les différentes techniques de strap par rapport a certaines conditions comme une tendinite à l’épaule, un problème rotulien, une instabilité articulaire. Mais également, quels strap utiliser suivant les différentes présentations avec l’effet thérapeutique voulu.

A très bientôt.

Texte : Flore Hani