Avant de nous intéresser à cet athlète émérite, intéressons nous tout d’abord à cette discipline qu’est le Men’s physique. Cette dernière a fait son apparition aux Etats-Unis, il y a quelques années. Lors des compétitions, les compétiteurs se présentent en short de plage et n’ont pas de poses imposées comme au bodybuilding. Cela s’apparente presqu’à un défilé de mannequins bodybuildés. Le Men’s physique prône l’esthétisme avant tout. Pas de muscles et de veines à outrance, juste un corps d’athlète bien bâti. Chères lectrices, nous ne doutons pas de votre intérêt soudain pour cette discipline. 😉

A l’heure où les « fitness models » envahissent les réseaux sociaux, cette catégorie prend de plus en plus d’ampleur. Au plan local, le men’s physique fait de nombreux adeptes. Sur toutes les compétitions qui se sont déroulées ces deux dernières années, de nombreux compétiteurs étaient inscrits.

Les polynésiens, athlétiques de nature, ont du potentiel et un bel avenir devant eux. Pour certains, l’avenir se dessine déjà. En effet, Lewis Tunutu, adhérent de Tahiti Gym et athlète IFBB Tahiti, a décroché une belle quatrième place à la prestigieuse compétition de l’Arnold Classic Australia 2016 (voir article). Ce classement honorable prouve ainsi le potentiel de nos athlètes locaux dans cette discipline, même à l’international.

Nous avions rencontré Lewis quelques jours avant son départ pour l’Australie. Derrière son apparence très réservée, se cache un compétiteur redoutable qui fait preuve d’une très grande rigueur. Coaché par Jerry Yeung, président de l’IFBB Tahiti et lui-même ancien champion de bodybuilding, Lewis exécute chaque ordre de son coach sans dire un mot, tel une machine.

 

Lewis, peux-tu te présenter rapidement?

J’ai 29 ans, je travaille atuellement au Fare Tony. Je me suis lancé dans cette discipline il y a à peu près 10 mois. Auparavant, je faisais de la force, pendant deux ans environ. J’ai décidé de me reconvertir dans le men’s physique par la suite.

Qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer dans cette discipline?

Eh bien, les premières compétitions de l’IFBB m’ont vraiment marqué. En 2014, ma belle soeur, Mirna Bonno (voir article), avait participé à l’IFBB Open Polynésie. J’y suis parti pour l’encourager et ce soir-là, j’ai flashé sur la discipline du Men’s physique et j’ai décidé d’y participer par la suite.

Tu participeras prochainement à l’Arnold Classic Australia, peux-tu nous en parler?

Ça fait à peu près 5 mois que je me prépare pour cette compétition. Depuis ma dernière compétition au mois de septembre (voir article), je ne fais que ça. Comment je me sens? Je me sens assez confiant. Malgré tout le stress que peut occasionner ce genre d’événement, j’essaye de rester zen. Je me suis entrainé dur et je vais donner le meilleur de moi-même.

Tes ambitions après cette compétition?

 J’espère aller le plus loin possible dans cette discipline. J’adore ce que je fais et j’espère vraiment m’améliorer au fil des compétitions. Après l’ACA, je participerai à l’IFBB Open Polynésie au mois d’avril. Ensuite, on verra au fur et à mesure. Le plus dur dans ce sport, c’est de tenir dans la durée, à cause notamment de la diététique. Comme tout le monde le sait, c’est 70% nutrition et 30% entrainement. Pour tenir le plus longtemps possible, il faut donc avoir une hygiène de vie irréprochable.

Je tiens à remercier l’IFBB Tahiti et mon coach Jerry Yeung pour cette opportunité qui m’a été offerte.