Nous avions déjà rencontré Michael Ching (voir article), il y a quelques mois, au lendemain de sa victoire à la IFBB Tahiti Nui Cup 2014. Michael avait marqué les esprits en remportant la victoire grâce à un physique impressionnant (voir article). Cette victoire lui avait permis de gagner sa  place pour l’ Arnold Classic Australia amateur. Lors de notre précédent reportage, cet athlète déterminé nous confiait prendre très au sérieux sa préparation pour ce concours qui se déroulera à Melbourne, en Australie.

A une semaine de cette compétition tant attendue, Michael est fin prêt.

[quote font_size= »28″ bgcolor= »# » color= »# » bcolor= »# » arrow= »no »] »Il faut croire en ses rêves et ne jamais abandonner »[/quote]

Michael, nous sommes à une semaine de l’Arnold Classic Australia, comment te sens-tu?

Je me sens plus que déterminé. Je me suis préparé longuement et durement pour cette compétition. Même si je suis un peu stressé aujourd’hui, j’ai vraiment hâte d’y être et de tout donner.

Comment s’est déroulée ta préparation?

J’ai pris très au sérieux cette préparation. Je remercie d’ailleurs mon coach Tauhiro Yip et mes partenaires d’entrainement pour m’avoir soutenu tout le long. La préparation s’est décomposée en deux phases, une phase de prise de masse et une phase finale qui est la sèche. En prise de masse, je travaillais essentiellement avec des charges lourdes à très lourdes. Côté nutrition, il fallait prendre en muscle par conséquent je devais augmenter mon apport calorique. Je prenais jusqu’à 7 repas.
En sèche, le travail est différent. En salle, les charges diminuent et les entrainements sont beaucoup plus techniques. On fait beaucoup d’iso-tension. Au niveau de mon alimentation, je dois diminuer considérablement mes apports glucidiques. Par exemple, le dimanche, je ne mange pas de féculents, pas de sucres de toute la journée.

J’imagine que les conseils de Tauhiro t’apportent beaucoup, n’est-ce pas?

C’est un sport difficile. Les entrainements sont très durs, ainsi que le régime alimentaire. Pour arriver au niveau national et international, les conseils sont très important. Et c’est donc pour cela que les conseils d’un champion de France de bodybuilding sont cruciaux pour moi. Aussi, il est devenu mon ami et son soutien compte pour moi.

Pour toi, qu’est-ce qui est le plus dur dans ce sport?

Il faut avoir un sacré mental. Il faut toujours vouloir se dépasser et dépasser ses limites. Il faut faire beaucoup de sacrifices. Ça fait des mois que je n’ai pas pu faire la fête, même au mois de décembre je n’ai rien pu faire (rires).
Mais ce sport est une passion avant tout, ça me donne la force d’aller toujours plus loin. Pour moi  » Passion = Persévérance ».
Il faut croire en ses rêves et ne jamais abandonner !

Après l’Arnold Classic, as-tu d’autres objectifs?

Pour l’instant, je n’ai pas d’autres objectifs que l’Arnold Classic Australia, je concentre toute mon énergie sur cette compétition.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here