Champion de Polynésie toutes catégories il y a neuf ans, champion de Polynésie « Max reps 100 kilos » en 2014, Eric Liao est sans doute, dans le monde de la musculation locale, le Men’s Physique que l’on attend samedi soir sur la scène du Grand Théâtre de la Maison de la Culture.

Ses posts et photos sur les réseaux sociaux nous montrent un athlète prêt. Il nous confiait, malgré ce que certains peuvent penser, qu’il ne se prenait pas la tête, qu’il y allait d’abord pour le fun en donnant le meilleur de lui-même.

Portrait :

« J’ai toujours voulu faire de la musculation. Je me rappelle à la sortie des classes, il m’arrivait de faire un tour à « Bambridge Gym ». Je regardais les « musclés » de l’époque s’entraîner. J’avais économisé longtemps avant de pouvoir m’offrir un mois d’abonnement. »

Vous l’aurez compris, la musculation a attiré Eric très tôt. Quand on lui demande les raisons pour lesquelles il s’est tourné vers cette pratique, il évoque plusieurs choses :

« Voir son corps changer et comprendre que tout est lié. Lorsque tu as toutes les cartes en main, tu peux tout faire. Maigrir, sécher, grossir, prendre du muscle quand tu veux, il suffit d’étudier et de comprendre. Les compétitions de scène c’est de la sculpture, il faut faire la différence et attirer le regard. Il faut travailler très dur c’est sûr. »

IFBB Tahiti Nui Cup 2016

« J’ai mis la préparation spécifique body de côté pendant un moment pour faire du bresilian jiu jitsu puis… je me suis demandé dans quel domaine j’étais le meilleur, conclusion : la musculation !

Donc il y a 3 ans,  Tauhiro Yip m’a donné envie de m’y remettre. Et voilà. »

  • En catégorie Men’s Physic :

« On me demande souvent pourquoi j’ai choisi d’y aller en Men’s Physique. En fait c’est simple je côtoie les meilleurs en jiu jitsu dont Dany Gérard et le meilleur en bodybuilding Tauhiro, je peux vous dire que je n’ai pas leur détermination. Quand tout le monde dort, ils s’entraînent, moi je fais partie de ceux qui aiment dormir. Tout ça pour dire que pour se présenter en Bodybuilding il faut beaucoup plus de détermination que j’en ai. Alors pas de Bodybuilding mais Men’s Physique oui. »

  • La préparation :

Depuis quand ?

« J’ai commencé doucement en avril avec des sashimis (rires) et des entraînements compliqués. Maurice Tchan m’a montré une autre approche, peut-être que ce n’était pas voulu, mais ça m’a appris autre chose : s’entraîner intensément mais sans atteindre les courbatures du lendemain par exemple. Avant, dans ma tête c’était : « si t’es pas courbaturé c’est que tu t’es mal entraîné ». Au fait, quand on évite les courbatures, cela permet de retravailler le même groupe 2 à 4 fois par semaine et je trouve que pour une sèche c’est très efficace. »

Les difficultés :

« Cela fait 8 mois que je traîne une tendinite à l’épaule droite et 4 mois un épanchement au genou gauche sans compter mon opération au genou droit. Mais ce ne sont pas des excuses, on fait avec. C’est là que j’ai compris l’importance des sensations. Faire du développé couché à max 40kg et pouvoir progresser il faut le faire. »

Un coach ?

« Tchan Maurice : il est là pour me dire de faire 30 reps de plus quand je n’arrive même plus à en faire une. J’ai tout appris avec lui technique, sensation. C’est a ça que sert un coach, même les meilleurs en ont un, y a qu’ici que je vois des gens ne pas vouloir faire appel à un professionnel pour être suivis. C’est le problème à Tahiti, on veut tout mais ne rien donner en retour. »

La diète :

« Ma diète n’a pas changé depuis 4 mois, rien baissé, rien monté. J’ai commencé à cycler très top. Le principe était le suivant :

– En prise de masse je n’étais pas très sérieux en diète, pas de suppléments à part les pré-workout, 3 repas par jour et je n’arrivais jamais à atteindre mes portions en macronutriments.

– En sèche j’ai juste augmenté mes protéines, pour atteindre un min de 1g/kg. Arrêter les hydrates pour compenser avec les légumes. J’écoute mon corps, pas de technique ou de calculs pour les hydrates. Je charge quand j’en ai besoin, uniquement en fruits secs ou céréales.  Il est également important de surveiller son métabolisme, sa forme à la salle, ses progressions etc… pas de chichis, déjà c’est dur ! Je me limite aux aliments faciles à trouver et à cuire. Ex : bouteille de blancs d’œufs, steack, poisson, pas de blancs de poulet mais des cuisses. Pour les légumes je privilégie le vert. »

La prépa physique :

« Mon programme muscu ? Rien de secret ! C’est cramer. Mon coach me fait souvent faire des séries de 100 reps. Le tout est de ne pas trop se reposer. C’est minimum 20 reps, au dessous de 20 reps, c’est technique (isométrique, double contraction, Picking,…. Excentrique, concentrique, plyo, stato…). »

  • En termes de temps et d’engagement, cela équivaut à quoi ?

« C’est le mot, c’est un engagement envers soi même. Quand on veut on peut, on trouve toujours le temps quand on le veut vraiment. Je citerai Arnold « MAKE TIME ».

Tu le fais pour toi, tu ne devrais même pas compter le temps passé en salle. Dès que j’ai un moment je m’entraîne. »

  • Des remarques du style : « tu es trop balaise pour te présenter dans cette catégorie ». Que leur réponds-tu ?

« Les gens croient tout savoir. Pour certains je suis trop « balaise », pour d’autres trop maigre… il y a des extrêmes. En même temps, je me dis qu’il est plus facile d’encaisser une remarque du genre « t’es très balaise pour Men’s Physique » que « il faut que tu prennes des bras, des pecs, des épaules, du dos et des jambes ».

Je me fie qu’aux gens du domaine, et qui ont la critique constructive.  Celles-ci me font avancer, il faut prendre les choses pour s’enrichir. »

  • Tu places la barre haute … Vises-tu plus loin que cette compétition ?

« Je ne place pas la barre haute, c’est juste que certains athlètes n’ont que quelques mois ou années de pratique dans ce sport. On a l’impression pour certains, qu’il s’agit de surfeurs  qui sortent de l’eau pour aller sur scène. Grâce à Internet, il est facile de voir le niveau international, et je peux vous dire qu’eux sont balaises. Je ne dénigre pas le style surfeur, mais à mon avis quand on voit un men’s physic, on doit voir un mec qui fait de la salle !!!

Pour le reste tout dépendra des résultats. Peu importe le classement, tout ce que je veux c’est être prêt pour MOI, offrir un spectacle, m’éclater, et représenter fièrement Xtrem Gym, ma famille et mes amis. Des fois les critères sont durs à comprendre, on dit quelque chose, mais on voit autre chose. Bref ce n’est pas important, je cite Jeremy Potvin « il ne faut pas laisser la peur de l’échec, la peur de la comparaison ou la crainte du jugement vous empêcher de faire des choses qui vous permettent d’évoluer ». »

  • Un message ?

« Il ne faut pas se prendre au sérieux, tu gagnes aujourd’hui, demain on t’oublie, alors fais le d’abord pour toi. Nous ne sommes pas des professionnels, nous n’avons pas leur maturité, faire comme eux est une perte de temps.

Expérimentez par vous-même. Arrêtez de croire bêtement ce qu’on vous dit. Soyez positifs, le + attire le + …

Petits remerciements : à ma salle Xtrem Gym,  à Megafit, BigSupp et AÇAI bowl pour mes recharges, à Roberto gym pour son dévouement, a l’IFBB TAHITI et à Mihiani Tetuira pour supporter mes manières tous les jours. »

RR