Il n’a que 20 ans. Il a commencé le crossfit il y a seulement deux ans. Pourtant, en septembre dernier il a réussi à monter sur la troisième marche du podium au Normandie Throwdown en France avec Yves Tehau. Depuis, il garde le rythme de ses entraînements pour rester au top. Il s’apprête à participer aux Open de crossfit.

Lire aussi: Yves et Roniu sur le podium du Normandie Throwdown

« Ça a changé ma vie » assure Roniu Aiamu. « Le crossfit a changé ma vie », précise –t-il. « Mon hygiène de vie et mon alimentation ne sont plus les mêmes. Je mange plus de légumes, je cuisine mes plats, je ne consomme plus du tout de plats préparés, je me lève tôt le matin alors qu’avant je me levais et me couchais tard. »

Désormais, tous les matins de 9 à 11 heures et tous les après-midis de 17 à 19 heures, il s’entraîne. Sept jours sur sept. Il ne rate pas un rendez-vous. « Je ne fais jamais la même chose, je fais soit de l’haltérophilie, soit de la gymnastique, soit du sport d’endurance, parfois je combine », précise-t-il. Les exercices évoluent en fonction de l’athlète.

« Mon point faible », reconnaît-il, c’est la gymnastique. « Je peux encore progresser en handstand, les pompes à l’envers. » En haltérophilie en revanche, il a déjà des résultats satisfaisants. « C’est jamais assez, mais je suis à l’aise, je porte des charges lourdes, plus de 200 kg pour les ‘squat’, plus de 250 kg en deadlift. »

Licencié au club Crossfit Varua, il s’entraîne aux côtés d’Yves Tehau. « Je n’ai pas de coach, mais Yves m’aide beaucoup, il me donne des conseils. J’ai aussi beaucoup d’amis en métropole qui pratiquent le Crossfit et qui, quand ils reviennent passer un peu de temps en Polynésie, viennent avec moi et me montrent des exercices ou m’indiquent ce qu’il faire ou pas. »

Lire aussi: Crossfit Varua: la première box de Crossfit en Polynésie

« On a vu ça sur Internet »

Tout a commencé il y a deux ans. Roniu Aiamu a découvert la discipline avec des amis de classe. « On a vu ça sur Internet et on se faisait des séances chez moi entre copains. On était une bande. » Et puis un jour, il a poussé les portes d’une salle. Il a voulu aller plus loin.

« Je suis devenu amoureux du crossfit, c’est devenu une véritable obsession. » Il faisait de la boxe, pratique avec laquelle il a reçu le titre de vice champion de Polynésie et qu’il a arrêtée. « Je me suis blessé, j’ai eu une tendinite, mais c’est surtout que je consacrais tout mon temps au crossfit. »

Il s’est inscrit à une première compétition en 2014, au Nahiti no arue. En septembre dernier il était au Normandie Throwdown, une compétition de Crossfit qui a eu lieu pour la première fois à Val de Reuil en France. Elle s’est tenue sur un week-end et a vu s’affronter 214 athlètes regroupés par team non mixte de deux athlètes. « On est arrivés troisième » rapporte Roniu Aiamu, heureux de voir ses efforts récompensés si tôt.

Lire aussi: Yves et Roniu prêts pour le Normandie Throwdown 2016

Gagner en performance

Il a obtenu son baccalauréat en 2014. Il n’a pas trouvé de travail et ne suit pas de formation. Il passe tout son temps en entraînements, pour progresser et gagner en performance. Il veut mettre toutes les chances de son côté.

Il participe en individuel aux Open de Crossfit dont les étapes qualificatives commencent le 23 février. « On a une épreuve par semaine jusqu’au 27 mars, ensuite, ceux qui seront retenus partent pour les rencontres régionale. » Les Polynésiens, ceux qui auront passé cette première étape, se retrouveront en Australie. « C’est mon objectif », avoue Roniu Aiamu. « Je vais pouvoir m’évaluer à l’international en me confrontant à des athlètes du monde entier. »

Plus tard, dans l’année, il envisage de se présenter de nouveau au Throwdown de Normandie qui sera organisé les 9 et 10 septembre prochain puis d’enchainer avec les Alpha Games qui auront lieu à Nice les 23 et 24 septembre. Son rêve ? « Devenir un jour athlète professionnel. »

Crossfit Varua, 1ère box polynésienne affiliée

Le crossfit Varua club est une box exclusivement consacrée à l’exercice de cette activité. Elle se situe dans la vallée de Titioro. C’est la première box du territoire à être affiliée, elle l’est depuis mars 2016. Elle compte une soixantaine de membres encadrés par Manu Buchin.

Le planning se découpe en plages horaires dédiées uniquement aux mouvements d’haltérophilie, aux cours de crossfit, aux entraînements axé sur le travail spécifique de la force. Des créneaux sont aussi réservés à l’initiation pour débutant et aux élites qui veulent travailler de façon autonome.

www.crossfit-varua.com

Tel. : 87 70 44 44 ou contact@crossfit-varua.com

 

texte: Delphine Barrais