Lorsque vous faites votre footing au Parc Paofai ou bien au stade Bambridge, vous croisez probablement des personnes suspendues  à des barres de traction, de manière très acrobatique. Vous vous demandez sûrement ce que peuvent bien faire ces individus. Eh bien, ils pratiquent une activité que l’on nomme le Street Workout.

Street workout : qu’est-ce que c’est ?

A mi-chemin entre gymnastique, musculation et breakdance, le street workout est une nouvelle activité de conditionnement physique. Il se pratique généralement au poids de corps, à même le sol ou bien le plus souvent sur des barres de tractions. Ainsi un entraînement peut être constitué de pompes, de tractions, de dips, de squats, de pompes en équilibre etc… Avec ou sans matériel, la condition requise étant de s’entraîner dehors pour que ce soit du Street Workout.

Beaucoup de pratiquants font ce qu’on appelle du freestyle, avec un enchaînement de nombreux mouvements acrobatiques et de figures de gym sur les agrès.

Les origines du Street Workout

Cette discipline trouve ses origines aux Etats-Unis. C’est en effet le new-yorkais Hannibal for King, 35 ans, ex-gymnaste, ex-prisonnier, qui a déclenché en 2008 la vague mondiale du street workout en postant les vidéos de ses entraînements.

Fort de son succès aux Etats-Unis, le street workout a gagné toute l’Europe, en particulier les pays de l’Est, qui recèlent de nombreux champions. Notre Polynésie a, elle aussi, été touchée par ce phénomène internationale. Depuis ces 2 dernières années, les aires de street workout poussent dans toutes les communes, profitant ainsi aux adeptes, jeunes et moins jeunes, de plus en plus nombreux.

Les avantages du Street Workout

  • C’est gratuit!

Fini l’abonnement à la salle de sport. Le principal avantage de faire ses abdos ou ses tractions dans la rue, c’est que ça ne coûte rien. Pas la peine non plus d’investir dans des accessoires de musculation. Avec un peu d’imagination, n’importe quel élément d’aménagement urbain peut faire l’affaire. Le but : se muscler avec le poids du corps.

  • L’un des meilleurs moyen pour être fit!

Alliant force et résistance, cette discipline sculptera votre corps. Le street workout, c’est beaucoup de gainage. En effet, la ceinture abdominale est très sollicitée, notamment pour tenir en équilibre et maintenir certaines positions. Les pratiquants de cette discipline sont en général secs et très athlétiques. Et les jambes alors direz-vous ? On pourrait penser qu’on ne travaille jamais les jambes, eh bien vous avez tout faux. Beaucoup d’entre eux incluent des squats ou des pistols (squat sur une jambe), ce qui fournit un très bon travail musculaire pour les jambes.

Un niveau très élevé en Polynésie

Nous avons rencontré Cédric Nogueira, pratiquant mais également promoteur du Street Workout en Polynésie puisqu’il organise régulièrement des compétitions de Street Workout. Cédric a 29 ans et s’est lancé dans cette activité il y a plus d’un an. Aujourd’hui, il est l’un des fleurons de ce sport et essaye de transmettre son savoir et son amour du Street Workout aux plus jeunes.

Cédric, comment as-tu connu le Street Workout ?

Avant je faisais du MMA. Je sentais qu’il me manquait quelque chose au niveau de ma condition physique. Il fallait que je fasse une autre activité pour compléter ce que je faisais dans le MMA. Un jour, j’ai rencontré des militaires qui étaient en train de faire quelques figures de street workout. Cela m’avait impressionné. J’ai lancé un défi à l’un d’entre eux, je lui ai dit que je pouvais faire la même chose au bout d’une semaine d’entrainement. On a parié une paire de gants de MMA. La semaine écoulée, on s’est affronté et je suis reparti avec la paire de gants (rires). Depuis ce jour, je suis mordu de Street Workout.

Qu’est-ce qui te plaît dans ce sport ?

C’est assez complet au niveau physique. Je suis plus sec et je sens vraiment que ça développe ma condition physique. Et s’entrainer avec d’autres passionnés, c’est vraiment sympa.

Cédric, tu organises également des compétitions que penses-tu du niveaau local ?

Les jeunes de chez nous ont un excellent niveau. Au fil des compétitions, déjà le nombre de participants augmente mais le niveau augmente aussi. Je pense que d’ici peu, on pourra emmener certains jeunes aux championnats du monde. La prochaine compétition aura lieu au mois de mars prochain.

Peut-on s’entrainer partout sur Tahiti ?

De nombreuses communes ont joué le jeu, on trouve donc des aires de Street Workout un peu partout. Cependant, il y a des améliorations à apporter comme agrandir les aires avec certains modules plus adaptés ou bien mettre du sable à la place des gravillons pour éviter de se blesser. Je rencontre souvent des agents communaux afin de donner des petites idées. Mettre des bars ça coûte pas cher, du moins ça coûte beaucoup moins cher que d’autres infrastructures et de plus, ça contente pas mal de jeunes. En clair, le Street Workout, c’est bénéfique pour tout le monde.

Quels conseils donnerais-tu aux personnes voulant se lancer dans cette discipline ?

Beaucoup de gainage ! Il faut avant tout une ceinture abdominale en béton. Il faut aussi maîtriser son poids de corps, c’est-à-dire qu’il faut savoir faire facilement des pompes, des dips et des tractions. Donc avant de commencer à faire des figures, il faut faire beaucoup de gainage et beaucoup d’exos au poids de corps.