À l’occasion des 10 ans de Body Studio, Samantha Finck, Maïlee Faugerat et Tahia Teikikaine organisent une Glow Party. Cet événement, fun et sportif, veut encourager la Polynésie à bouger tout en s’amusant.

Samantha Finck est gérante du centre de remise en forme Body Studio. Maïlee faugerat est gérante des sociétés Intersport et Nautisport. Tahia Teikikaine est responsable de communication à Air Tahiti Nui. Les trois femmes sont sportives, amies et sensibles au problème d’obésité qui touche le fenua.

Un événement sans comparaison locale

Le trio est déjà à l’origine de l’événement Color TRT Fun Run qui a commencé il y a quatre ans avec 1 000 personnes et qui, en 2017, comptait environ 3 000 participants. Preuve, s’il fallait, que le concept du sport fun séduit. Elles lancent maintenant la Tahiti Glow Party. Un nouvel événement, innovant et non comparable aux initiatives locales.

« Ce qu’on veut », explique Samantha Finck, « c’est que les gens bougent tout en s’amusant, qu’ils fassent du sport s’en rendre compte. De cette manière ils découvrent qu’ils sont capables de beaucoup de choses et ils prennent goût aux activités sportives ». Le trio, inventif, a saisi l’occasion des 10 ans de Body Studio pour mettre sur pied la Tahiti Glow Party.

Ni résultats, ni performances

Les organisatrices insistent : « c’est une journée sportive certes, mais ludique. Cela signifie qu’il n’y a pas de compétition, les participants s’inscrivent pour s’amuser et pas pour réaliser des performances ».

La Tahiti Glow Party sera lancée à 15 heures avec un Body Studio Challenge. « Ce sont des activités fun comme un relai pour remplir des seaux d’eau par exemple avec des éponges, quelque chose dans l’esprit de Koh Lanta. Cela durera deux heures à peu près. On avait déjà proposé ça lors des cinq ans de Body Studio », se rappelle-t-elle.

Suivra un Glow Fitness. Là, les choses sérieuses pourront commencer. « La nuit tombera à cette heure-ci et, à l’occasion d’une session de fitness animée par Xtrem Gym, les participants seront aspergés de peinture liquide phosphorescente. » À propos de la peinture, Samantha Finck tient à signaler qu’il s’agit de produit « 100% naturel, c’est de la peinture que l’on peut mettre sur son visage sans problème ».

Une Glow Run prendra ensuite le relai entre 19 heures et 19h30. Cette course de deux kilomètres sera tracée dans les jardins et, une fois encore, de la peinture sera projetée. « Il y aura aussi quatre arches de lumière phosphorescente avec chacune un thème particulier comme par exemple de la fumée, le lancement de ballons phosphorescents… ». Enfin, pour clôturer le rendez-vous un Dj prendra la main pour une DJ Glow Party de 19h30 à 20h30.

Tout au long de l’événement, même si aucune performance ne sera enregistrée, des lots seront distribués après tirage au sort. Un billet d’avion aller-retour Papeete/Los Angeles est mis en jeu ainsi que des téléphones, des bijoux…

Un événement généreux

Les fonds récoltés à l’occasion de la Tahiti Glow Party seront reversés à la fédération des associations des jeunes de Punaauia. Une fédération qui regroupe des associations sportives. Les organisatrices ne cherchent pas là une activité lucrative mais à encourager un maximum de personnes à pratiquer une activité sportive.

« On le voit bien, il y a de plus en plus de personnes qui s’intéressent au sport. Lors de trail par exemple, il y a des parcours moins longs, pour les marcheurs, on y voit des familles entières qui viennent et s’y amusent, qui ne se rendent pas compte sur le coup de ce qu’elles font mais qui apprécient. » Ce qui leur donne envie de recommencer.

Où ? Quand ? Comment ?

Tahiti Glow Party, une journée « glow » et fun dans les jardins de l’ex Maeva Beach, Outumaoro Punaauia.

Le 18 novembre 2017.

Tél. : 87 71 47 75 ou 87 77 04 06 ou 87 79 85 85

Facebook : EMTK Production

Tarif : 2 200 Fcpf pour les adultes et 1 500 Fcfp pour les enfants de 8 à 14 ans

Inscriptions à Intersport, Xtrem Gym et Bodytudio.

Les places étant limitées, une réservation est vivement conseillée. Les package d’entrée seront à retirer dans les jours précédents la compétition à Intersport.

Texte : Delphine Barrais