Vous aviez apprécié notre article sur les tests physiques des gendarmes du Fenua ? Voici un nouvel épisode sportif dans le monde des Forces de l’Ordre ! Dans le cadre d’une formation qui leur permettra de devenir titulaires, les APJA (Agents de Police Judiciaire Adjoints) suivent des cours dans le but d’animer des séances de sport au sein de leurs unités. Depuis plusieurs années, la police et la gendarmerie ont mis en place un partenariat permettant aux APJA de bénéficier de l’expérience et des connaissances sportives des gendarmes durant cette formation.

Lire aussi: Un test physique en gendarmerie

Une organisation … militaire !

Le mardi 23 mai à 7h30 du matin, toute la « classe » des APJA en stage s’est retrouvée dans le Dojo de la gendarmerie de FAAA. Encadrés par l’adjudant HALARY, qui a lui-même suivi 7 mois de formation pour être instructeur sportif, ils ont effectué la 3ème séance de leur programme de stage, axée cette fois-ci sur le renforcement musculaire.

« On met en place un programme, explique l’adjudant Halary. On fait d’abord un bilan initial de leurs compétences physiques, puis un test VMA calqué sur le barème de la police municipale. Ensuite, chaque séance se concentre sur un thème avec des groupes de travail différents : Diriger une séance en salle de sport, course à pieds, renforcement, sport collectif … avant le test final noté sur 20 qui comptera dans la moyenne pour valider leur stage. »

Le groupe ayant préparé sa séance au préalable, L’adjudant Halary est donc là pour superviser son déroulement et n’intervient que très peu. Ils sont les plus autonomes possibles et chacun amène ses propres connaissances. Par exemple, l’agent chargé de mener l’échauffement y a intégré des exercices issus des échauffements de Ju-Jitsu !

Un objectif commun : l’encadrement et l’accompagnement

L’objectif de cette formation ? Que ces APJA soient capables d’encadrer un entrainement sportif une fois de retour dans leur unité, aussi bien une séance de renforcement basique qu’un cours collectif. Pour cela, ils doivent savoir évaluer les spécificités physiques des individus qu’ils ont en face d’eux : âge, blessures, particularités … pour adapter les mouvements au niveau et capacités de chacun.

Ces agents n’ont pas nécessairement besoin d’avoir un haut niveau sportif, « On a déjà eu des crossfiteurs (Yves Tehau a suivi cette formation, NDLR) comme des débutants », précise l’adjudant Halary. « L’objectif est surtout de leur donner les clefs pour animer et encadrer une séance de sport de manière réfléchie, structurée, en évitant les blessures tout en apportant une dimension ludique à leur entrainement. »

Une coopération entre Police et Gendarmerie

En Gendarmerie, avoir une bonne condition physique est primordiale. Les gendarmes accordent beaucoup d’importance au sport et leurs capacités sont évaluées tous les 2 ans. Ce n’est pas le cas au sein de la Police. Cette différence s’explique par le fait que les gendarmes sont des militaires, pas les policiers. Néanmoins, les deux font partie des forces de l’ordre et collaborent régulièrement sur le terrain.

Ce partenariat entre police et gendarmerie dans le cadre des Stages des APJA est donc très positive, aussi bien pour renforcer les liens entre les deux corps de métiers que pour apporter une base sportive aux agents de polices. « Il y a un certain manque de connaissances, comme penser à donner les consignes ou travailler lentement … Mais ce n’est pas évident parce qu’ils n’ont pas de formation adaptée. Nous, on leur donne les outils principaux pour mener une séance de sport correcte », nous explique d’adjudant Halary.

S’il corrige les erreurs de placement, d’exécution et donne des conseils aux agents de police, il est content du travail fourni jusque maintenant : « Je suis très satisfait, ils n’ont que 2 séances à leur actif et il y a quand même des automatismes mis en place au niveau des consignes d’exécution, de la construction et du déroulement de leur séance. »

La séance des APJA :

Voici donc la séance de renforcement musculaire élaborée par les Agents de Police Judiciaire Adjoints, corrigée et améliorée par l’Adjudant et instructeur sportif Halary. Il s’agit d’un circuit training sans matériel, vous pouvez donc tous le reproduire chez vous ! Alors GO :

30 secondes par exercice / 15 secondes de pause entre chaque exercice / circuit à répéter entre 3 et 5 fois

Echauffement : général (footing lent, échauffement des articulations) & spécifique (séries de pompes, saut grenouille, Crocodile …)

Circuit :

  • Exercice 1 : Développé nuque assis avec barre
  • Exercice 2 : Crunches jambes relevées / Relevé de jambe lentes
  • Exercice 3 : Chaise statique sur mur
  • Exercice 4 : Gainage superman avec barre
  • Exercice 5 : Pompes
  • Exercice 6 : Kick ischios-jambiers
  • Exercice 7 : Step dynamique sur une marche (type escalier)

étirements, retour au calme

2 conseils de l’adjudant Halary :

  • Faire des mouvements lents : Un renforcement musculaire de ce type ne nécessite aucun poids, aucune haltère. D’où l’importance de faire des mouvements très lents pour se concentrer sur le travail du muscle, le sentir, le solliciter au maximum et faire des mouvements propres. Les muscles profonds seront notamment beaucoup plus sollicités en effectuant des mouvements Plus on travaille lentement, plus on travaille profondément
  • Ne pas aller jusqu’à la douleur lors des étirements : Ce n’est pas parce que ça fait mal que ça étire ! On peut répéter le même étirement 2 fois, à condition de sentir le muscle sans se faire mal.

Texte et photos: Julia Le Métayer

Produits suggérés de www.tahitifitstore.com