A l’heure où l’industrie agroalimentaire est pointée du doigt, de plus en plus de personnes se tournent vers des pratiques alimentaires alternatives. L’affaire Monsanto, la polémique des ingrédients utilisés par Mc Donald’s ou bien les dérives actuelles de l’industrie agroalimentaire, un de ces éléments a peut-être était le déclic de plusieurs nouveaux végétariens. En effet, aujourd’hui le végétarisme est au cœur de l’actualité, effet de mode ou bien véritable phénomène de société?

Le végétarisme fait de plus en en plus d’adeptes, notamment chez les sportifs, bodybuilders et adeptes du fitness. En ce qui nous concerne, la véritable question qu’on pourrait se poser, c’est « peut-on concilier musculation et régime sans viande »?

Tahiti Fit a fait le tour des revues et études à ce sujet pour tenter de répondre à cette question. La réponse semble être positive, n’en déplaise aux détracteurs du végétarisme et amateurs de bonnes entrecôtes de bœuf. Contre toute attente, manger que des légumes pourrait même construire du muscle.

Avant d’aller plus loin, nous tenons à rappeler que tout article dédié à la nutrition,  sur ce site web, ne remplacera en aucun cas l’avis d’un diététicien ou d’un nutritionniste sportif.

1. Le végétarisme: qu’est-ce que c’est?

Avant tout, il est intéressant de savoir ce qu’est vraiment le végétarisme et les différentes formes qu’il peut revêtir.

Le végétarisme est une pratique alimentaire qui exclut la consommation de chair animale pour des motivations diverses. Le terme végétarien peut avoir plusieurs sens. Voici un aperçu rapide des termes communément acceptés pour les divers types de végétarisme.

  • Végétalien : exclue tout aliment d’origine animale, quel qu’il soit.
  • Ovovégétarien : exclue toute chair animale et produit laitiers mais admet les oeufs.
  • Lactovégétarien : exclue la viande et les oeufs mais admet tous les laitages.
  • Lacto-ovo-végétarien : exclue la viande mais admet les oeufs et les produits laitiers.
  • Pesco végétarien : exclue la viande rouge et la volaille mais admet les laitages, les oeufs et le poisson.
  • Semi-végétarien : pas véritablement végétarien; basé essentiellement sur des aliments d’origine végétale mais avec consommation occasionnelle de viande (hormis la viande rouge).

2. Quels sont les avantages confirmés d’un régime végétarien?

a) une augmentation significative de l’apport en fibres

Ceci n’est pas étonnant du fait d’une large consommation de légumes. Cet apport en fibres peut atteindre le double de celui des non-végétariens.

b) une réduction de l’apport en graisse

En effet, du fait de la non consommation de viandes, l’apport en graisse animale est nulle. Par conséquent, l’apport de graisse saturée (voir article) est considérablement réduit.

c) une augmentation significative de l’apport en acide gras essentiel

Certains acides gras essentiels, ont pour principales sources, des produits végétaux tels que l’huile d’olive ou bien des oléagineux. Une consommation accrue de ces produits, combinée à une consommation réduite des acides gras saturée, ne peut être que bénéfique au métabolisme.

3. Peut-on bâtir un corps de rêve en ne mangeant que des légumes?

Bien que le nombre de végétariens soit impressionnant, peu de pratiquant de musculation ou bodybuilders suivent un régime à base de végétaux, probablement par crainte de ne pas pouvoir se forger un corps musclé et découpé s’ils ne consomment pas de viande. Pourtant, une poignée de végétariens bien connus présentent un physique impressionnant. Ils ont de la viande pourrait-on presque dire… L’idée qu’on ne peut pas prendre de muscle avec un régime végétarien est donc erronée. Après réalisable ne veut pas dire facile.

La première chose qu’un adepte de la viande pourrait, à première vue, reprocher à un régime végétarien, est son apport insuffisant en protéine. On pourrait croire que la viande animale est la seule source fiable de protéine et d’acides aminés essentiels mais des études scientifiques ont démontré le contraire. En effet, les oeufs sont une très bonne source de protéine pour les végétariens. Quant aux végétaliens, ils pourront trouver leur bonheur dans les haricots rouges, soja, lentilles et flocons d’avoine, encore faut-il en manger en quantité adéquate pour respecter l’apport recommandé en protéine.

Consommer suffisamment de calories et de protéines n’est pas le seul problème que doivent affronter les végétariens : il leur faut aussi veiller à s’approvisionner en nutriments essentiels. D’habitude, ce n’est pas un problème pour les lactovégétariens, mais les végétaliens doivent chercher à compenser les carences en vitamine B2, D, B12, calcium, fer, zinc et certains acides gras essentiels tel que l’acide linoléique.

Conclusion

Nous avons vu que musculation, fitness et végétarisme peuvent faire bon ménage. Cependant, devenir végétarien est un choix personnel et ce qui marche pour tel individu peut s’avérer inadéquat pour tel autre. Certaines personnes constatent simplement que leur organisme réagit mal à une alimentation dépourvue de viande. Pour d’autres, même pour un bodybuilder, ce type de régime n’est pas forcément en opposition avec le développement musculaire visé. Si l’on suit un plan diététique à base de végétaux, il faudra faire davantage attention aux choix alimentaires et surveiller son apport protéique. Avec la bonne démarche végétarienne, vous pouvez obtenir un corps de rêve !

Source: « Masse et végétarisme » de Rick Miller

Bibliographie 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here